iot-chantier

Dans un monde où la technologie révolutionne chaque secteur, les objets connectés émergent comme des outils essentiels dans le BTP. Une tendance que l’on constate sur de nombreux chantiers de travaux publics et de bâtiments. De la surveillance des sites à l’optimisation des conditions de travail en passant par l’analyse de chantiers, ces nouveaux dispositifs transforment la manière dont les projets sont conçus, gérés et achevés. Tour d’horizon.

Objets connectés : définition et exemples

En effet, si l’usage des objets connectés s’est démocratisé dans notre vie quotidienne notamment à travers les montres connectées ou autre traqueurs d’activités physiques, de plus en plus de secteurs professionnels ont aujourd’hui recours aux fonctionnalités offertes par ce type de dispositifs. C’est notamment le cas sur les chantiers de BTP.

C’est quoi un objet connecté : quelques exemples ?

Tout d’abord, qu’est-ce donc qu’un objet connecté ? Pour en donner une définition simple et didactique, nous pouvons dire :

Un objet connecté est un objet qui possède la capacité d’échanger des données avec d’autres entités physiques ou numériques, le plus souvent au travers d’internet. (1)

L’objet connecté fait partie de ce que l’on nomme l’internet des objets (IoT : Internet of Things), c’est-à-dire à la fois les objets connectés à Internet et la communication unissant ces objets.

Sur les chantiers, nous retrouvons de plus en plus ce type d’installations, à l’image des capteurs posés sur les matériels ou dans des lieux spécifiques et qui permettent de gérer son chantier à distance, ou encore de surveiller et ajuster la consommation énergétique des bâtiments via les réseaux basse fréquence. Ce réseau permet d’échanger des petits paquets de données en bas débit, un protocole très peu gourmand en énergie, qui autorise les échanges à travers les murs des bâtiments et des sous-sols. De quoi révolutionner le monde du BTP dans plusieurs domaines !

Comment fonctionnent les objets connectés ?

Mais comment fonctionnent ces technologies révolutionnaires ?

Les objets connectés fonctionnent grâce à l’intégration en leur sein de capteurs intelligents qui collectent des données pertinentes sur leur environnement (vibrations et mouvements de structure, qualité de l’air, niveau de bruit, présence éventuelle de gaz…).

Ensuite, ces données sont transmises via des réseaux sans fil jusqu’à des plateformes de gestion centralisée. Enfin, ces données sont stockées, analysées par des algorithmes de calcul puis présentées à l’usager final.

Les usages dans le BTP : comment les objets connectés peuvent-ils améliorer la conduite de travaux ?

Ainsi, à l’image du très large public auquel les objets connectés s’adressent, les usages sont eux aussi multiples, notamment dans le BTP. En effet, les innovations permises par l’IoT permettent d’améliorer considérablement les modalités de construction, de gestion des chantiers et les conditions de travail.

À titre d’exemples, entre autres, on retrouve aujourd’hui :
• Des capteurs installés sur les équipements de construction et travaux publics, pour anticiper les pannes éventuelles.
• Des capteurs sur les systèmes de gestion de l’énergie, pour surveiller et ajuster la consommation.
• Des drones connectés pour avoir des données précises sur l’avancement des travaux.

VISUEL_ARTICLE_BTP-DRONE780x320

Un marché en pleine expansion

Autant d’applications qui expliquent la forte expansion du marché des objets connectés.

Selon le cabinet d’études de marché IoT Analytics : à l’échelle mondiale, il y avait 14,4 milliards d’objets connectés en 2022.

Un chiffre tentaculaire qui atteste de la maturité désormais atteinte par ce marché. En toute logique, les entreprises ont ainsi de plus en plus recours à ces dispositifs.

« 10% des entreprises françaises ont investi dans l’IoT » et cela « atteindra les 20% d’ici 2025 », analyse une étude Eurostat 2022 sur « Les marchés de l’IoT professionnel à l’heure de la maturité ».

Objets connectés : quelles caractéristiques pour quels avantages ?

Ainsi, les objets connectés permettent au secteur du BTP d’avoir accès à tout un monde d’avantages, notamment permis par les caractéristiques techniques intrinsèques desdits objets. Ces derniers partagent en effet quatre grandes caractéristiques : une faible consommation d’énergie, une petite puissance de calcul, un faible encombrement et un prix modéré.

Davantage de sécurité pour les personnes et les chantiers

La géolocalisation pour une logistique plus efficiente

Parmi ces usages des objets connectés dans le BTP, il y a celui au sein duquel l’électronique connecté permet d’assurer une meilleure gestion des chantiers. Et qui dit chantier, dit engin de travaux et matériels coûteux, avec -par extension- de potentiels vols.

Au-delà des simples caméras de surveillance, en installant des capteurs de géolocalisation sur les véhicules ou les outils sensibles, vous pouvez ainsi être prévenus par SMS ou message lorsqu’un engin entre ou sort d’une zone géographique donnée (geofencing).

En équipant ainsi son parc de capteurs de tracking, l’inventaire peut aussi être facilité, avec l’usage d’une console de contrôle qui donnera en un clin d’œil la localisation ou les stocks et évitera les comptages fastidieux. Une manière intelligente de gérer à distance ses équipements, et de les rationaliser le cas échéant.

Un casque afin d’assurer la sécurité des personnels de chantier

De plus, de nouveaux appareils de l’IoT permettent d’assurer davantage de protection et de confort aux différents personnels présents sur les chantiers. Parmi ces usages avantageux, celui développé par Colas Rail, entreprise de BTP spécialisée dans les travaux ferroviaires, qui utilise depuis 2015 un casque de chantier révolutionnaire baptisé Oscar.

Oscar combine de très nombreuses technologies. En plus de son système d’éclairage permettant de mieux voir sur le chantier, il incorpore un système de communication multicanal qui permet d’échanger même dans un environnement bruyant, ainsi que des capteurs de lignes à haute tension pour prévenir les risques d’électrocution.

Devenu l’emblème du groupe, Oscar a été développé par le laboratoire français Bouygues E-lab pour Colas Rail. Il intègre également : un micro, un haut-parleur mains libres, un talkie-walkie, un mode écoute, un mode de discussion à plusieurs et une connexion Bluetooth. De quoi accroître notablement la sécurité sur les chantiers !

• Des chaussures de sécurité connectées pour éviter les dangers

Et sur ce volet sécurité et protection, les casques ne sont pas les seuls Équipements de Protection Individuelle (EPI) indispensables ! Parmi eux également : les chaussures.

En la matière, il existe désormais des chaussures de sécurité connectées, conçues par Parade (filiale du groupe ERAM), concepteur et fabricant français innovant de chaussures de sécurité.
Ces nouvelles chaussures de chantier sont dotées de capteurs intelligents et connectés. Elles s’adressent ainsi à ceux qui ont envie d’associer confort et sécurité. Résolument innovantes, elles permettent de prévenir les dangers auxquels les travailleurs isolés ou tous ouvriers sur un chantier sont confrontés.

Ainsi, la semelle en polyuréthane réagit, à l’inclinaison ou l’immobilisation d’un ouvrier, pour déceler une éventuelle chute. Le cas échéant, une alerte sms est envoyée directement au numéro de portable pré-choisi afin d’indiquer la position géographique du travail grâce au GPS intégré.

De plus, les capteurs intelligents et trackers d’activités émettent un son en cas d’approche d’une zone dangereuse.

Une gestion optimisée des ressources

Outre la sécurité, les objets connectés permettent également une meilleure gestion des ressources dans le secteur du BTP, qu’il s’agisse de la gestion des ressources énergétiques ou bien de la gestion globale du déroulé des chantiers. Exemples.

• Des installations énergétiques connectées pour économiser

De plus, en installant des capteurs sur les compteurs d’eau, de gaz et d’électricité ou les systèmes de chauffage, qui effectuent la relève des consommations à distance, les objets connectés sont :

« Une vraie rupture pour les sociétés de télé-relève en termes de coûts » explique le marketing manager d’Objenious, la filiale IOT de Bouygues Telecom. « Et ce n’est que la première étape de la démarche d’optimisation énergétique des bâtiments. Elle permet de comprendre ce qui se passe sur le terrain ».

Ainsi, Covea, un important gestionnaire de parc immobilier, a par exemple équipé 230 bâtiments de capteurs de télérelève et de température, et a suivi les consommations pendant deux ans.

En pilotant plus finement le système de chauffage et d’autres facteurs clés (climatisation, mise en place d’horloges sur les rideaux d’air chaud), des économies importantes ont été réalisées, de l’ordre de 26% dès la première année. Et avec 7 capteurs seulement par bâtiment.

Assurément, l’usage d’objets connectés sur les installations énergétiques et thermiques, à l’image des systèmes de chauffage ou de climatisation, est une idée à retenir pour agir en faveur de l’environnement et réaliser de belles économies d’énergie !

• Des drones pour analyser les chantiers et leurs avancées
Enfin, certains produits connectés permettent de bénéficier d’une vision plus fine du chantier et de son évolution.

C’est le cas notamment du drone. Avec ses caméras embarquées haute résolution, les superviseurs du chantier peuvent obtenir des images aériennes détaillées et d’une grande qualité du chantier. Ces clichés d’un nouveau genre offrent la possibilité d’une surveillance efficace du site et d’une analyse précise de l’avancement des travaux, voire de détecter d’éventuelles déficiences structurelles qui pourraient alors être rétablies.

Cet ensemble de technologies, permis par l’Internet des Objets, ouvre ainsi la voie à une gestion proactive des chantiers, améliorant leur efficacité et leur sécurité globales.

Source :
1. Maxicours