Les opérateurs à délégations de services publics avancent main dans la main avec les opérateurs privés pour raccorder le territoire au très haut débit. Comment la mission se répartit-elle ? Quels sont leurs missions spécifiques ?

Le déploiement du Très Haut Débit est encouragé par le plan gouvernemental qui prévoit 100% du territoire couvert pour 2022. Mobilisant 20 milliards d’euros d’investissement, il repose sur l’intervention de deux grands types d’opérateurs, les opérateurs privés d’un côté et les opérateurs “para-publics” dépendants des collectivités territoriales de l’autre (opérateurs à délégations de services publics – DSP). Ceux-ci ont la mission de raccorder les zones les moins denses. Deux représentants de DSP, Blandine Dalon-Virondaud, Directrice Commerciale et Marketing  COVAGE et Patrick Pedron, Directeur des ventes AXIONE, nous apportent ici leurs points de vue.

Quelle est la mission d’un opérateur à délégations de services publics ?

Patrick Pedron : A la fois constructeur de réseaux numériques et exploitant de réseaux Télécom, cette double-casquette permet à Axione de travailler avec les collectivités pour les accompagner de manière transverse sur leur projet de déploiement du Très Haut Débit dans les zones rurales ou moins peuplées. Pour remplir cette mission, nous avons la chance de nous appuyer sur une longue antériorité et sur quelque 1 300 collaborateurs, sur le terrain.

Blandine Dalon-Virondaud : L’ADN de Covage, c’est cette volonté de développer les infrastructures réseau sur l’ensemble des territoires. Nous nous inscrivons parfaitement dans cette dynamique portée par le Plan Très Haut Débit du gouvernement. Nous sommes tout à fait conscients de ce que cela implique en termes de responsabilité vis-à-vis de nos clients directs (les opérateurs de services) mais aussi les clients finaux, qu’il s’agisse des entreprises comme du grand public. Notre implication et notre neutralité absolue sont les deux piliers de notre philosophie d’entreprise. Nous nous considérons comme un partenaire de tous les opérateurs et des collectivités.

Quelle relation entretenez-vous avec les opérateurs privés ?

Patrick Pedron : Nous sommes amenés à collaborer avec les opérateurs de services sur les RIP (Réseaux d’Initiative Publique). Nous agissons en tant qu’acteur neutre. Nous apportons notre aide à près de 160 opérateurs régionaux, nationaux et internationaux. Nos équipes sont implantées localement, ce qui nous permet d’être au plus près des acteurs économiques et de nos partenaires opérateurs. Dans un contexte de pluralité des infrastructures réseau, Axione met à disposition des opérateurs des catalogues de services très simples, ainsi que des outils d’aide à la vente liés à l’exploitation des infrastructures.

Patrick Pedron : « Nos équipes sont implantées localement, ce qui nous permet d’être au plus près des acteurs économiques et de nos partenaires opérateurs. »

Blandine Dalon-Virondaud : Le rôle des délégants, (les porteurs de projets) est déterminant. Nous sommes tous animés du désir de démocratiser le Très Haut Débit. Nous prenons évidemment notre part de l’effort en assurant à nos partenaires opérateurs, la meilleure qualité de service possible et une fiabilité maximale des accès. Nous les accompagnons également de manière indirecte, dans la définition de leurs offres en étendant les zones forfaitaires à chaque fois que cela est possible. Dans tous les cas, nous sommes très attentifs à la qualité de nos infrastructures et aux conditions de reprise d’activité en cas d’incident. De notre fiabilité dépend la satisfaction des utilisateurs. Chaque opérateur a des attentes différentes, des niveaux de maturité différents. C’est à nous de nous adapter…

Quel est votre rôle dans la réduction de la fracture numérique ?

Patrick Pedron : L’expression est juste car c’est cette ambition qui a motivé les fondateurs de l’entreprise. Notre postulat, c’est que le Très Haut Débit est nécessaire sur l’ensemble du territoire. Mais, bien évidemment, certaines zones sont trop faiblement peuplées pour que les investissements privés soient rentabilisés. Pour autant, les sommes à investir ne peuvent être supportées par les collectivités. Notre mission consiste à jouer le rôle d’intermédiaire entre ces deux univers, à créer les synergies entre partenaires privés et publics en ayant à cœur d’apporter la connectivité optimale au grand public comme aux entreprises.

Blandine Dalon-Virondaud : « Notre rôle est d’effectuer des analyses approfondies et étudier toutes les options adaptées aux spécificités de chaque dossier. »

Blandine Dalon-Virondaud : Notre mission est d’apporter la réponse la plus juste à un appel d’offre. Notre rôle est d’effectuer des analyses approfondies et étudier toutes les options adaptées aux spécificités de chaque dossier. C’est en étudiant toutes les alternatives que l’on engage la réussite d’un projet, et donc la réduction de cette fracture. En effet, pour concilier impératifs économiques et généralisation du Très Haut Débit sur tous les territoires, il faut admettre que chaque cas soit différent.

Je souhaite être recontacté à ce sujet