Ne vous y trompez pas, hors-Europe, les frais de roaming sont toujours appliqués et peuvent avoir une incidence forte sur les factures mobiles. Entre forfaits adaptés aux profils d’utilisation, sensibilisation des collaborateurs et restrictions techniques, bien des solutions existent pour éviter les mauvaises surprises !

Depuis le 15 juin 2017, les communications téléphoniques et les échanges de données mobiles ne font plus l’objet de surcoût dans 27 pays européens. Ces frais supplémentaires liés à l’usage roaming (utilisation d’un autre réseau opérateur à l’étranger grâce aux accords bilatéraux), peuvent pourtant, aujourd’hui encore, occasionner des factures surprenantes. Et pour cause ! Si les utilisateurs ont bien assimilé l’information concernant la fin des frais supplémentaires pour les communications en itinérance au sein de l’Union Européenne, l’Islande, la Norvège et le Liechtenstein, ils négligent le fait que cette disposition ne s’applique pas au monde entier. En effet, il existe des pays frontaliers, tels que la Suisse ou l’Andorre par exemple où les surcoûts liés au roaming ne sont pas régulés par l’Union Européenne et dépendent donc des accords avec les opérateurs. Bref, pour voyager sereinement, mieux vaut prendre vos dispositions !

“Il existe des pays frontaliers où les surcoûts liés au roaming ne sont pas régulés par l’Union Européenne et dépendent donc des accords avec les opérateurs.”

Des profils d’utilisation personnalisés

En tant que gestionnaire de flotte mobile, vous êtes face à un dilemme. D’un côté, vous êtes garant de la productivité des collaborateurs qui doivent pouvoir exploiter le plein potentiel de leurs solutions mobiles. De l’autre, vous devez tout mettre en œuvre pour éviter les dépassements de facture. « Il faut d’abord éviter d’être trop manichéen, conseille Julien Gauchet, Chef de produit Roaming et International pour Bouygues Telecom Entreprises. Tous les collaborateurs ne font pas le même usage de leur smartphone et leurs missions, y compris en déplacement à l’étranger n’ont pas la même criticité. Ce sont des variables à prendre en considération ». L’expert recommande ainsi dans un premier temps, de créer des profils d’utilisateurs, en observant les consommations sur ces factures (appels, SMS, échanges Data). En fonction de ces profils prédéfinis, les forfaits, options roaming et les restrictions seront adaptés en fonction du rôle et de la zone géographique du collaborateur.

Par exemple, un commercial en déplacement régulier à l’étranger Hors Europe n’aura pas les mêmes usages qu’un technicien en mission ponctuelle dans un pays frontalier de l’UE.

“L’essentiel pour trouver la formule adaptée, c’est de se baser sur les usages ”

Faire évoluer les forfaits…

Pour contenir les frais de Roaming, vous n’êtes pas tenu de vous limiter à une posture défensive. « Il est important de demander conseil à l’opérateur, observe Julien Gauchet, car il existe désormais un large panel d’offres pour des usages à l’étranger qui permettent d’anticiper ». En effet, dans le cas de déplacements très occasionnels et de courtes durées, certains forfaits intégrant un paiement à la journée avec un volume de data consommables depuis des zones hors-Europe, peuvent être souscrits à la demande. « L’essentiel pour trouver la formule adaptée, c’est de se baser sur les usages. Si le collaborateur se rend régulièrement vers une destination, il faut souscrire un abonnement spécifique ». Parallèlement le gestionnaire de la flotte mobile pourra mettre en place des alertes et des notifications lorsque certains quotas de données seront atteints. Alertes et notifications qui, en cas de dépassement des volumes autorisés, peuvent se traduire par la mise en place de restrictions automatiques.

Gérer les restrictions

En fonction des profils utilisateurs que vous aurez su identifier, vous pourrez également appliquer des restrictions à la carte :

  • Désactivation de la fonction d’itinérance sur les smartphones de la flotte
  • Désactivation des mises à jour de l’OS mobile (pour les terminaux Android) ou des applications (Android et iOS), en dehors d’une connexion Wi-Fi.

Autant de restrictions simples à activer depuis une solution MDM (Mobile Device Management), solution qui permet de gérer et sécuriser une flotte de terminaux à partir d’une interface unique. « Il faut également sensibiliser le collaborateur, en lui rappelant de privilégier l’usage du Wi-Fi autant que possible, y compris pour les communications grâce à des outils collaboratifs comme Skype Entreprise).”

Je souhaite être recontacté à ce sujet