Sous un angle « open transformation », une session TNP / Challenges a abordé des cas de groupes (Crédit Mutuel Arkea, PSA, SNCF, Harmonie Mutuelle) se rapprochant de start-up.

Dans quelle mesure la transformation numérique et l’open innovation bouscule les groupes français ?

Le 17 novembre à Paris, TNP (société conseil dans l’accompagnement des entreprises sur ce thème) organisait avec le magazine Challenges une convention sur ce thème avec une pléïade d’intervenants éclectiques (industrie, banques, automobile…) qui s’impliquent dans ces bouleversements.

La première table ronde sous l’angle « open transformation » a donné le ton sur les changements d’orientation et de vision pour s’adapter à l’ère du numérique.

Transformation numerique : combiner la puissance industrielle et l’agilité start-up
Transformation numerique : combiner la puissance industrielle et l’agilité start-up

La banque face à la vague FinTech

Prenons le cas du secteur bancaire contraint de revoir ses fondements pour s’adapter à la nouvelle donne. C’est plus facile pour un groupe comme Crédit Mutuel Arkea qui dispose d’une fibre sur l’innovation. Logiquement, Anne-Laure Naveos, Directrice croissance externe, se montre proche des start-up en raison de ses fonctions.

Son groupe a beaucoup fait pour faire bouger les lignes entre start-up et secteur bancaire comme le prouve le rachat en 2015 d’une plateforme de cagnotte en ligne comme Leetchi (et prestataire de paiement électronique avec MangoPay).

Anne-Laure Naveos évoque un « choc culturel » pour accéder à « l’excellence opérationnelle au service du digital ». Crédit Mutuel Arkea a développé des services numériques distribués en marque blanche. C’est méconnu mais, par exemple, le groupe bancaire se présente comme « processeur de paiement pour Amazon France ».

En savoir plus : http://www.itespresso.fr/

Je souhaite être recontacté à ce sujet