Pour ce secteur, qui subit depuis quelques années de nombreuses transformations (Covid, engagement environnemental, transition énergétique, etc.), la 5G représente aujourd’hui une opportunité de repenser son modèle et de parier sur des solutions qui fonctionnent !

Avec plus de 141 000 entreprises et environ 670 000 salariés, le secteur de la logistique ne représente rien de moins que la cinquième activité économique française. Si on s’en réfère aux chiffres publiés par le Ministère des transports en 2019, 373,3 milliards de tonnes-kilomètres de marchandises ont été transportées sur le territoire français métropolitain. 9 % des marchandises terrestres transitent par le ferroviaire et 89 % par la route[1].

Le principal enjeu pour les acteurs de la supply chain est d’abord la couverture des infrastructures routières et notamment les autoroutes. En effet, avec la 5G, la possibilité d’envisager des solutions de conduite autonome va permettre d’optimiser le ROI des entreprises de transport. Elle permet également bien d’autres opportunités.

Opportunité N°1 : améliorer les flux de circulation

En misant tout autant sur l’intelligence artificielle que sur la 5G, il est possible de repenser tous les flux de transport de marchandises. La multiplication des capteurs connectés va permettre un suivi plus précis afin de les réaffecter vers les modes de transport les mieux adaptés en termes de délai d’acheminement, de maîtrise des coûts, et de respect de l’environnement. « Moins de flux ou des flux optimisés, ce sont moins de kilomètres parcourus et un impact environnemental sur la santé sensiblement réduit (pensons aux émissions de particules fines) », précise Antoine Ribaud, Expert 5G au sein du Groupe Bouygues.

Opportunité N°2 : favoriser le développement des solutions de conduite autonome

L’automatisation des transports facilitée par la 5G sera cruciale. La remontée des vidéos à bord du véhicule, la très faible latence et la sécurité intrinsèque du réseau vont permettre à un opérateur de prendre en main le camion à distance en cas d’imprévu sur la route. Le développement de système de bord parfaitement autonome pourra ainsi être encouragé puisque les interventions humaines à distance seront possibles en cas d’urgence. Les camions et véhicules autonomes n’étant pas assujettis aux pauses obligatoires des conducteurs humains, les délais d’acheminement des marchandises pourront être réduits.

Opportunité N°3 : préserver les emplois et améliorer les conditions de travail

La 5G et les solutions de conduite autonome ne devraient pas impacter en profondeur l’emploi dans le secteur des transports. Loin d’être destructrice d’emploi, la technologie redonnera davantage de valeur aux missions des professionnels grâce à une réduction sensible de la pénibilité.

« Du côté des chauffeurs, il faudra encore au moins une décennie avant d’arriver au dernier stade d’autonomie du véhicule (niveau 5) ! C’est ce qu’affirment les constructeurs automobiles eux-mêmes », affirme Antoine Ribaud. Aucune remise en question de l’emploi dans les transports ne saurait donc être envisagée avant 2030. Et même à cette échéance, le duo 5G / conduite autonome se traduira avant tout par une généralisation progressive des fonctions autonomes de leur véhicule, « le chauffeur pourra effectuer, en parallèle de sa vigilance sur la route dans les tronçons non encore autorisés de manière totalement autonome, d’autres tâches afin de préparer au mieux sa commande ou même des activités totalement différentes », précise Antoine Ribaud. Des tâches à valeur ajoutée ou des moments de détente réduisant sensiblement la pénibilité !

Lorsque les véhicules autonomes de niveau 5 seront enfin disponibles et autorisés, il est probable que les chauffeurs pourront travailler à distance et assurer la vigilance sur plusieurs véhicules simultanément et n’intervenir que lors de situations complexes. Une perspective d’augmenter le nombre de véhicules en circulation et de préserver les emplois.

Opportunité N°4 : optimiser les délais de livraison

La 5G va faciliter les transports autonomes de marchandises réduisant possiblement le nombre de kilomètres parcourus et le nombre de camions sur les routes. Ce qui se traduira également par des délais de livraison plus courts.

Opportunité N°5 : améliorer la traçabilité

Avec le développement du e-commerce, notamment depuis les deux dernières années avec les divers confinements, les consommateurs se sont habitués à recevoir des marchandises chez eux ou dans des points relais. Parmi les attentes les plus fortes, au-delà du respect des délais de livraison, c’est l’accès à l’information qui compte. Avec des véhicules et des colis connectés via la 5G, la précision du suivi sera décuplée.

Opportunité N°6 : améliorer la sécurité

Les transports de marchandises sensibles et périssables (produits pharmaceutiques, denrées périssables) seront à la fois plus sûrs et plus rapides. Avec des transports de marchandises plus efficients, « le coût de ces transports de marchandises spécifiques pourrait également baisser, ce qui aurait un impact favorable pour le budget des familles », conclut Antoine Ribaud.

[1] https://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/edition-numerique/chiffres-cles-transport-2021/

 

Je souhaite être recontacté à ce sujet