Wifi : Wireless (Wireless Fidelity) synonyme d’agilité et de connectivité. Le choix des normes wifi présente une complexité réelle souvent sous-estimée. Guillaume Suzenne, Product Manager pour Bouygues Telecom Entreprises partage sa vision et ses conseils.

Alors que les standards 802.11a et 802.11b ont vu le jour en 1999, avec des débits maximums théoriques de 11 Mb/s, la dernière norme wifi 6E ouvre la voie à une bande passante supérieure à 11 Gb/s.

Depuis plus de 20 ans, les normes se succèdent, apportant leurs lots de bénéfices sur le plan des débits, de la latence comme de la sécurité. « Mais la course au débit n’est pas le seul aspect à entrer en ligne de compte », souligne Guillaume Suzenne. En effet, alors que les entreprises et leurs collaborateurs sont toujours plus connectés, que les périphériques sont toujours plus nombreux, la densité des équipements affecte considérablement les performances d’un réseau wifi et, in fine, l’expérience des utilisateurs. « La généralisation des accès par la fibre optique ou par le très haut débit mobile ont accoutumé les collaborateurs à une faible latence et à une connectivité maximale. Ils comprennent mal pourquoi l’expérience peut être inférieure dans les locaux de l’entreprise qu’au sein de leur domicile ».

Pour Guillaume Suzenne, le constat est clair : « le nombre d’antennes intégrées, avec la question de la connectivité MIMO, le choix des bandes de fréquence doivent être des éléments centraux de la réflexion des DSI.» Si wifi 4 est désormais unanimement considéré comme obsolète, wifi 5 est aujourd’hui un standard établi et communément répandu dans les entreprises. « Il constitue aujourd’hui un socle incontournable de la connectivité wifi » confie Guillaume Suzenne, mais déjà des évolutions notables apparaissent.

Box wifi

wifi 6 ou wifi 6E : quelles différences ?

Présentée au début de l’année 2021, wifi 6 est l’avant-dernière norme certifiée par la wifi Alliance. Si la principale promesse de performance demeure liée à la bande passante, théoriquement de 40% supérieure à la norme précédente, wifi 6 réintègre la bande de fréquence 2,4GHz qui offre une meilleure portée et traverse mieux les obstacles que la bande 5GHz. « Mais en soi, cela pose déjà un problème car dans les zones urbaines, dans les zones de forte densité, la bande 2,4GHz est déjà saturée », commente Guillaume Suzenne qui plaide davantage pour la norme wifi 6E : « Elle ouvre une troisième voie en intégrant la bande de fréquence 6GHz qui peut délivrer des débits dépassant largement les 11 Gb/s tout en offrant une plus faible latence ». wifi 6E apporte également des bénéfices sur le plan de sécurité avec la généralisation de WPA 3 qui « constitue une vraie avancée mais ne relègue pas pour autant WPA 2 au rang de passoire ».

Passer de wifi 5 à wifi 6 ou 6E présente cependant des avantages car avec une couverture plus large, wifi 6E permet de desserrer le maillage des bornes disséminées dans les locaux professionnels. « Moins de bornes wifi, cela permet de réaliser des économies réelles mais cela suppose aussi de renouveler le parc de périphériques », précise Guillaume Suzenne.

Wifi 7 : Quelles sont les nouveautés ?

Alors faut-il renouveler dès maintenant votre parc wifi ?
Pas si sûr ! Si les normes successives restent toujours rétro-compatibles et n’obligent pas systématiquement à renouveler l’intégralité des parcs, les périphériques compatibles avec la norme wifi 6E sont encore assez peu nombreux et déjà, la norme wifi 7 commence à faire parler d’elle. Prévue pour 2023, elle laisse entrevoir un débit maximal d’au moins 30 Gb/s mais, pour disposer des capacités maximales du standards, il faudra disposer non seulement d’un équipement compatible mais aussi d’un routeur dédié. « L’évolution technologique est continuelle et avant de chercher à systématiquement renouveler les infrastructures au rythme des normes, il est aussi judicieux d’exploiter pleinement le potentiel des équipements déjà déployés », recommande Guillaume Suzenne.

Connection wifi : comment optimiser l’existant ?

Renouvellement du parc wifi ou optimisation des équipements déjà déployés : dans tous les cas de figure, il est indispensable de réaliser un état des lieux complet de la situation. « Tout débute toujours par un audit du wifi ».
Un audit qui fait le point autant sur les configurations et le dimensionnement des infrastructures wifi que sur les usages des collaborateurs. Cet audit peut être réalisé de deux façons. La première, à la fois la plus simple et la plus rapide, consiste en une analyse du wifi sur plan. La seconde, en faisant intervenir un technicien qui effectue des mesures radio précises. « Plus complet et plus fiable, ce second audit permet souvent d’identifier des pistes d’amélioration et de nourrir la réflexion quant à une migration vers une nouvelle norme afin d’être certain d’opérer les choix les plus éclairés », conclut Guillaume Suzenne.

Je souhaite être recontacté à ce sujet