Qu’est-ce qui fait basculer un Buzz Word comme la « Transformation Digitale » dans la réalité quotidienne des entreprises ? Je vois deux exemples qui ne trompent pas : les vrais décideurs prennent le temps de se déplacer en masse et les points de « détails » de la mise en oeuvre sont le sujet principal des discussions. C’est l’effet que j’ai ressenti lors de ma visite sur le Salon (Rencontres) ROOMn 2017 qui se tenait à Monaco les 7 et 8 Mars 2017.

Le thème principal était celui de la Transformation Digitale (que je nommerai Transformation Numérique car nous sommes en France). 400 décideurs IT des grandes entreprises (ETI et Grands Comptes) avaient fait le déplacement pour rencontrer en tête à tête les partenaires à même de répondre à leurs problèmes concrets d’implémentation. Pour le DSI, les deux dernières années ont été focalisée sur la Restructuration / Virtualisation de leur Système d’information mais c’est la mobilité qui porte et concrétise la transformation et les gains de productivité visibles par les utilisateurs. Les DSI se sont donc approprié ce sujet critique car il impacte la totalité de l’organisation bien au delà de la DSI.

 

1 – La mobilité est un droit

La banalisation des Smartphones s’accélère. Seulement 35% des employés en France utilisent uniquement un terminal mobile fournis par l’entreprise. Cela place le DSI dans une situation intenable. Comment passer à la phase concrète de mise en oeuvre et de suivi de la transformation sans aucune maitrise du terminal et donc de l’interface utilisateur ?

  • Comment garantir le déploiement, la mise à jour et l’usage des Applications métier? Les utilisateurs abandonnent très vite face à la moindre difficulté rencontrée
  • Comment affronter sereinement le phénomène « Arbre de Noel » que l’on constate le 25 Décembre lorsque les utilisateurs ouvrent leurs cadeaux ?

Mobilite est un droit

2 – la sécurité est un devoir

J’ai trouvé les RSSI assez préoccupés … et il y’a de quoi8! En effet, la mobilité a fait voler en éclat la barrière rassurante de la protection périmérique : quel que soit son degré d’efficacité, le Firewall installé sur un lien fixe ne sécurise ni les utilisateurs Remote, ni l’accès aux applications Cloud ni, bien entendu, la passoire que représente le smartphone (qu’il soit fournis par l’entreprise ou bien privé).

  • le BYOD (Bring Your Own Device) est une réalité massive. L’ouverture d’Active Sync est un vrai plaisir pour les utilisateurs mais le cauchemar des DSI. En permettant à chacun d’accéder à ses mails sur tout smartphone ou tablette (et je ne parle pas de Mac perso) et donc de disperser les données de l’entreprises sur une multitude de terminaux non sécurisés.
  • Le Smartphone est une extension de soi. Il est notre vie perso et, bien entendu, notre vie pro. Comment séparer les deux vies sur un terminal unique ? C’est l’enjeu minimum mais majeur des DSI.

 

3 – La donnée est un secret

Un dernier bigbang dans la mare de la transformation numérique, la sécurisation des Données utilisateurs : Il reste moins de 500 jours avant la mise en oeuvre effective de la GDPR (Règlement Général sur la Protection des Données). Cette règle s’impose à tous : des TPE jusqu’aux grandes entreprises. Elle aura même un impact majeur sur les PME et ETI qui sont sous-traitants de grandes entreprises car celle-ci vont leur reporter leurs exigences de sécurité.

Il reste moins de 500 jours avant la mise en oeuvre effective de la GDPR 

En conclusion ?

Personne ne peut ignorer cette contrainte qui sera parfois aidez lourde de la transformation numérique. Pour le PME et ETI, il faut prendre le temps de mettre en place des solutions simples, efficaces et rapides.

1 – Manager sa flotte mobile avec une solution MDM (Mobile Device Management) qu’elle que soit la provenance des terminaux (Privé ou pro). Cela permettra également d’effacer simplement les données des terminaux perdus ou volés

2 – Sécuriser la partie « pro » des Smartphones comme le mail ou les applications métiers grâce à un container et offrir enfin aux utilisateurs un accès libre aux serveurs et applications internes (intranet, disques …).

Pour le PME et ETI, des solutions standardisées existent sous un format Cloud qui élimine toute notion d’investissement ou de serveurs additionnels à administre. L’entreprise peut également faire le choix d’un service managé sans engagement et facturé à l’usage. Cela permet aux entreprises d’avancer à leur rythme.

Et enfin, un signe qui ne trompe pas: Pour la première fois, j’ai rencontré un CDO sur le salon ROOMn. Non pas un Chief Digital Officer (la partie est gagnée par le DSI) mais un Chief DATA Officer.

DSI ou CDO : à vous de jouer!

Thiebaut Pierre-Antoine

A propos de l'auteur :

Thiebaut
Pierre-Antoine

a écrit 3 articles sur Bblog.

Je souhaite être recontacté à ce sujet