Les achats en entreprises sont un levier inestimable pour engager une démarche éco-responsable. Entre acquisition et location, décryptage des pratiques généralement observées sur la consommation du matériel informatique par les professionnels. 

En matière d’équipements professionnels, deux appareils s’imposent aujourd’hui comme parfaitement incontournables. D’un côté, le PC, de l’autre le smartphone. Pour les entreprises qui se posent des questions sur leur consommation et sur leur impact écologique, la gestion de ce type de matériel est de fait un sujet de préoccupation. 

Cycles de vie et de remplacement 

Les technologies successives et la demande des utilisateurs rendant les terminaux obsolètes de plus en plus rapidement.

Si sur le principe, un portable peut être utilisé une dizaine d’années sans aucun souci (prenons l’exemple du fameux Nokia 3210 !), pour l’Ademe, les cycles de vie observés auprès d’un utilisateur oscillent entre 24 et 30 mois. Pour les entreprises, cela correspond généralement à leur cycle d’amortissement des investissements. Les smartphones haut de gamme (iPhone, Samsung Galaxy…) poussent eux leur cycle jusqu’à 36 mois. Mais la tendance est au renouvellement de plus en plus fréquent. Les technologies successives et la demande des utilisateurs rendant les terminaux obsolètes de plus en plus rapidement. 

Quant aux ordinateurs, ils sont conservés un peu plus longtemps par leurs utilisateurs : leur durée de vie est estimée entre 2,5 et 5 ans. Pour le cabinet Gartner, les repères se situent même autour de 5 années pour un ordinateur fixe, 4 années pour un portable et 3 années pour une tablette. 

Oui mais…

… ce cycle de vie ne correspond pas pour autant à la mort annoncée dudit terminal. En effet selon une étude du Department for Environment Food & Rural Affairs (DEFRA) britannique 59 % des mobiles seraient en parfait état de fonctionner lorsqu’ils sont remplacés. En matière de consommation responsable, on peut faire mieux ! 

59 % des mobiles seraient en parfait état de fonctionner lorsqu’ils sont remplacés.

C’est pourquoi, on observe chez les entreprises, deux tendances en matière de comportement durable. La première consiste à s’engager dans un mécanisme de non consommation et de non remplacement des équipements. Le principe : faire durer son matériel le plus longtemps possible et ne le changer qu’en dernier recours. Cette approche bien que responsable conduit généralement à un ralentissement de la productivité des équipes qui se trouvent à devoir composer avec des équipements pas toujours à jour et qui nécessitent quelques passages réguliers auprès du SAV. 

Pour une économie circulaire 

La seconde est un modèle construit à l’inverse sur le renouvellement très régulier de son matériel. Le principe : industrialiser les process de renouvellement, notamment avec les offres de leasing qui permettent à la fois de rester performant (avec du matériel dernière génération), tout en organisant la deuxième vie du terminal. 

Ces équipements restitués sont en effet mis sur le marché de seconde main. Et donc réutilisés. On observe d’ailleurs beaucoup d’organisations qui se développent sur le créneau du reconditionné. Cet engagement dans l’économie circulaire se fait bien entendu dans le respect des règles et des normes comme la norme DEEE (Déchets d’Équipements Électriques et Électroniques) imposée par l’Union Européenne. La garantie pour les entreprises d’un engagement réel et reconnu dans une démarche éco-responsable ! 

Et vous, quelle approche avez-vous choisi pour votre entreprise ? 

Je souhaite être recontacté à ce sujet