Et si les villes mettaient à profit cette crise sanitaire pour repenser leurs fondements : transports, habitats, lieux publics ? Décryptage 

Près de 95% de la population française vit en ville ou dépend d’une ville et les citadins aiment globalement leurs centres-villes. Mais d’après une enquête Ipsos intitulée Baromètre des territoires 2019, près de 30% des habitants des villes considèrent que les conditions de vie dans leurs communes se sont dégradées ces dernières années. Au premier rang des récriminations, les problèmes liés à la pollution de l’air, au trafic routier et à la promiscuité des espaces de vie. A ces sujets se rajoute aujourd’hui celui de la crise sanitaire. Les transports, notamment dans les grandes métropoles, ont suscité beaucoup d’inquiétudes. Si bien que, seuls 37% des utilisateurs des transports publics se déclaraient certains de les reprendre après le déconfinement, selon un sondage CSA publié courant mai

bte-saga-de-lete-villes

Une nouvelle façon de voir la mobilité urbaine ?

Parce que la notion de distanciation sociale s’est imposée dans un quotidien post-COVID, des alternatives à l’entassement dans les transports en commun émergent. L’objectif : répondre à l’enjeu des micro-mobilités.

« La mobilité post-confinement devrait être largement individuelle, c’est-à-dire à pied, à vélo, en deux-roues motorisés ou en voiture », observait récemment dans une interview, Dominique Riou, chargé d’études au département Mobilité Transport de L’Institut Paris Région. 

C’est pourquoi les incitations à utiliser le vélo se multiplient. L’enseigne Intersport annonçait récemment écouler depuis le 11 mai, près de 4000 vélos par jour, contre environ 1600 l’année passée à la même période. Quant à l’Union Sport et Cycle, elle constate qu’entre le 12 mai et le 12 juin, les ventes de vélos neufs en France ont progressé de 117 %.

Une nouvelle réalité qui accélérera le développement des vélos à assistance électrique qui, selon l’Observatoire du Cycle, représentent désormais 45,2 % du marché en valeur.. Engouement qui s’accompagnera certainement de l’émergence de nouvelles solutions de financement (comme le leasing) pour des cycles dont les prix s’étendent de 500 à plus de 3500 € ! 

Une plus grande sécurité sur la voie publique

Par ailleurs, les initiatives qui ont vu le jour, depuis l’apparition de la COVID-19, ont montré la façon dont les villes peuvent, en exploitant les technologies, proposer aux citoyens des expériences nouvelles au quotidien. Dijon qui a mis en place un poste de pilotage de 300 caméras de surveillance. Destinées au départ à optimiser le trafic, ce dispositif permet bien plus. François Rebsamen, maire de Dijon, rappelait en effet dans une interview accordée au Monde, que les caméras et capteurs placés sur les équipements publics, permettent aussi « de repérer un individu qui a un malaise et tombe dans la rue. ». 

Une nouvelle expérience de l’habitat citadin

Du côté de l’habitat, les promoteurs immobiliers jouent également la carte de la technologie en réinventant l’immeuble. C’est ainsi que BNP Real Estate Immobilier annonce le lancement d’une nouvelle offre de smart building élaborée suite aux besoins exprimés lors de cette crise. Le résultat : un immeuble repensé autour des espaces extérieurs, la création d’espaces dédiés au télétravail pour tous les logements, la mise en place de “sans contact” pour toutes les fonctionnalités de type ascenseur, interphone et enfin la généralisation d’un wifi de qualité dans tout le bâtiment. Un premier projet de 120 logements devraient voir le jour à Clamart prochainement… 

Une nouvelle ville plus verte, plus connectée, plus intelligente est en train de voir le jour avec en ligne de mire le confort et la sécurité de ses habitants. La technologie et très prochainement la 5G contribuera à accélérer cette mutation des usages en ville

Pour en savoir plus sur la ville connectée, retrouvez l’épisode 1 de notre saga 5G

Dans notre prochain épisode, découvrez comment le travail et le bureau vont être repensés pour répondre aux nouveaux enjeux de collaboration…

Je souhaite être recontacté à ce sujet