Avenir de l’IT : Très haut débit, équipement numérique, utilisation des logiciels professionnels, utilisation du cloud, robotisation ; le point sur les points forts et les points faibles de l’Hexagone.

Acteurs technologiques « puissants », infrastructure télécom « pionnière et forte », pénétration élevée d‘internet ; le nouveau rapport annuel de Google France et Roland Berger – « Etat des lieux numérique de la France : Notre pays face à la nouvelle donne numérique – 30 fiches d’analyse de la situation à fin 2016″ – interroge au delà des poncifs habituels la capacité du pays à encore aller de l’avant dans le domaine du numérique.

L’étude porte sur les usages numériques des citoyens, la transformation numérique de l’Etat ou encore la formation au numérique en comparaison des voisins européens de la France. Côté usage du numérique dans les entreprises, 5 points de synthèse permettent de mieux comprendre les enjeux du moment.

1. La France lente sur l’adoption du fixe et du mobile très haut débit

L’étude distingue les usages disponibles si la connexion est en haut débit ou très haut débit (au dessus de 30 Mb/s) et ceux qui sont réalisables sur la connexion est disponible sous les 10 Mbs/s. Dans le premier cas, on trouve la vidéo HD multisession ou encore l’utilisation de logiciels d’entreprise dans le cloud. Si le débit est plus faible, l’entreprise ne pourra accéder qu’a des services de vidéo HD mono session, voire d’email.

fixe_entreprise

La vitesse moyenne de connexion en France pour les entreprises est de tout juste 10 Mbs/s, derrière le Royaume-Uni (15 Mbs/s), l’Allemagne (14 Mbs/s) ou encore la Pologne (13 Mbs/s). Surtout, son gain de vitesse 2016/2015 n’est que de 2,2 alors que les pays qui la devancent revendiquent des gains de vitesse plus importants.

La cause ? un « déploiement relativement lent de la fibre » qui s’explique par le succès des box triple play ADSL qui ont envahi le marché il y a maintenant plus de 10 ans et continuent à être très populaires, même dans les petites et moyennes entreprises. De quoi limiter la demande pour la fibre juge le rapport.

Côté Internet mobile, l’étude fait de la France le champion européen de la couverture 3G mais pointe un retard important sur la 4G (78% de couverture pour une moyenne européenne de 85,9%). Ce retard est « marqué sur les zones rurales, qui ne bénéficient pas de la 4G » note le rapport, qui souligne qu’il existe également « encore des zones blanches en 3G ». Reste que le prix des forfaits est comparativement aux voisins « très abordable ».

2. Equipement numérique : les entreprises françaises dans la moyenne européenne

Les usages numériques mobiles des salariés en entreprise (indicateur : entreprises équipant plus de 20% de leurs employés avec un terminal mobile) sont dans la moyenne européenne, avec 25%, tout comme l’Allemagne et l’Irlande. La Suède et le Danemark en revanche, sont dans une moyenne bien supérieure (respectivement 54% et 56%). Reste que de nombreux professionnels utilisent des appareils personnels pour réaliser des tâches professionnelles, ce dont ne tient pas compte l’étude.

En savoir plus sur : http://www.zdnet.fr/

Je souhaite être recontacté à ce sujet