De l’IA au DevSecOps en passant par le serverless, zoom sur les dernières tendances technologiques identifiées par le cabinet Deloitte révélées à l’occasion de ses dernières Tech Trends 2019. Les implications de l’IT aux métiers sont de plus en plus fortes pour servir de tremplin à la digitalisation globale de l’entreprise.

Encourager les DSI à donner la priorité au client, refuser le statu quo, rester ouvert au changement et se concentrer sur la valeur. C’est sur ces bases que Deloitte s’est appuyé pour distinguer ses six « tech trends » 2019 avec un mot d’ordre : « Aller au-delà de la frontière numérique ». Pour sa 10e édition de ses désormais traditionnelles Tech Trends (7e en France), le cabinet Deloitte a ainsi complété sa liste de « forces » IT. Alors que Cloud, analytics et marketing digital multicanal constituaient les trois fondements du modèle existant, ces derniers domaines sont aujourd’hui maîtrisés, selon le cabinet. Modernisation du legacy, agilité et DevOps et cybersécurité s’étaient rajoutés en cours de route. Pour les mois et années à venir, les analystes de Deloitte parient sur trois bases supplémentaires.

A savoir la blockchain, « le tiers de confiance de demain » selon Eric Delgove, associé Deloitte spécialisé sur le conseil en stratégie technologique, sera l’une d’entre elles à condition de se débarrasser de certains freins, comme la standardisation et l’interopérabilité. Viennent ensuite les réalités virtuelles et augmentées, qui commencent à intéresser différentes industries notamment celle du jeu vidéo, et les technologies cognitives, dans lesquelles Deloitte rangent l’intelligence artificielle et le machine learning. Ce sont ces neuf « forces » qui, selon le cabinet d’analystes, devraient se combiner pour conditionner les transformations à venir dans 18 à 24 prochains mois.

En 10 ans d’existence, les Tech Trends de Deloitte on vu émerger de nombreuses tendances encore omniprésentes aujourd’hui… et certains flops. (Crédit : Deloitte)

1 / L’IA, carburant de l’entreprise intelligente

Selon une étude réalisée auprès d’environ 2 000 société il y a quelques semaines par Deloitte, 57 % des personnes interrogées pensaient que l’intelligence artificielle allait radicalement transformer leur entreprise dans les trois prochaines années. En France, cette moyenne monte à 81 %. Et pourtant, « la maturité des sociétés françaises en matière d’IA est légèrement en retrait par rapport à d’autres pays », note Pierre Lhoste, analyste du cabinet. La transformation induite par l’IA s’articule autour de trois sujets : la conception des business models, la manière de penser la relation client et l’amélioration de l’excellence opérationnelle. Par ailleurs, de nouveaux cas d’usage émergent avec l’IA : « Dans le domaine du risque, par exemple dans les banques ou chez les assureurs, elle est susceptible de répondre aux problématiques de lutte contre la fraude, de connaissance approfondie du client ou de qualité des données requises pour les prises de décision », poursuit M. Lhoste. « L’IA peut également être utile dans la gestion des compétences, lors de la recherche de talents par exemple. » De telles ambitions devront cependant aller avec une forte vigilance sur les questions d’éthique, de solidité et d’explicabilité des algorithmes.

Pour découvrir la suite, rendez-vous sur lemondeinformatique.fr

Je souhaite être recontacté à ce sujet