Pour les entreprises, chaque mois de décembre est l’occasion de faire un point sur l’avenir.  Si 2019 fut l’année de beaucoup de projets de transformation, 2020 semble bien s’annoncer sous le signe de la concrétisation… 

En effet, il est déjà temps de ressortir sa boule de cristal et de faire, comme chaque année, quelques projections pour celle à venir.  Les municipales ? les mouvements sociaux ? Le désormais interminable Brexit ? Le gagnant de l’eurovision ? le départ de Trump ? Autant de sujets qui vont nous occuper dans les mois à venir.

Mais chez Bblog, notre regard se pose plus naturellement sur les prochains défis des entreprises et des professionnels en général. Après moult brainstormings et sondages auprès de nos experts aguerris, voici les 5 sujets à traiter pour être “bien en 2020” !

 

1 – la RSE : passer des engagements à la réalité !

Est venu le temps de l’action. Jusqu’à peu, certaines entreprises considéraient les engagements RSE comme…. des engagements RSE ! A savoir, le plus généralement, une charte de responsabilité inscrite au rapport d’activité qui montrait la bonne volonté de la direction (et elle était sincère) mais sans réelle mesure des actions.

C’était sans compter la prédominance désormais des critères ESG (Environnementaux, Sociaux, Gouvernance) promus par les analystes financiers, le fameux how dare you ? de Greta Thunberg, les divers scandales de harcèlement, les tempêtes à répétition, la fonte des glaces, les empoisonnements toxiques dans les usines ou encore l’explosion des burn-out. Il y a urgence !

Rappelons que la Responsabilité Sociétale des Entreprises repose sur 7 piliers :

  1. la gouvernance de l’organisation,
  2. les droits de l’homme,
  3. les relations et conditions de travail,
  4. l’environnement,
  5. la loyauté des pratiques,
  6. les questions relatives aux consommateurs,
  7. les communautés et le développement local.

Soit viser une empreinte écologique la plus proche du “zéro impact” possible, afficher une mixité parfaite, respecter les principes de la diversité, mettre en place des outils de prévention des risques psychosociaux…. #balanceduconcret

 

2 – la Cybersécurité : prendre en compte les nouveaux risques

On estime à 73% la proportion des entreprises qui reposeront entièrement sur des solutions SaaS en 2020. Si l’on considère par ailleurs, les nouveaux modes de collaboration avec le travail à distance qui explose, du fait des opportunités technologiques et l’assouplissement des réglementations au travail, les risques cyber changent en même temps que les pratiques.

Pour y répondre et anticiper au mieux, le Gartner recommande quelques actions concrètes qui sauront trouver leur place dans les plans d’actions 2020 :

  • la mise en place d’un SOC (Security Operation Center), un centre opérationnel capable d’anticiper, de mesurer et de réagir aux incidents dans les meilleurs délais,
  • le recours à de nouveaux modes d’authentification sans mot de passe (empreinte digitale, vocale, etc) plus sécurisés,
  • la mise en place d’une évaluation du « risk appetite », à savoir le niveau de risque qu’une entreprise est prête à accepter pour aller au bout de ses projets.

 

3 – Le recrutement des talents : embarquer autrement grâce à la tech !

Dans un marché du travail ultra-concurrentiel où la guerre des talents fait rage (notamment dans les secteurs de la tech et de la sécurité), les techniques et dispositifs de recrutement et d’onboarding doivent se réinventer. Dans ce contexte, les nouvelles applications web ou mobile, qui prônent le « matching » et l’intelligence artificielle font de plus en plus parler d’elles même si elles ne sont pas encore démocratisées.

une bonne intégration augmente à 69% le taux de nouvelles recrues qui restent au moins trois ans au sein de l’entreprise

Près de 40% des recruteurs affirment que les algorithmes d’intelligence artificielle représentent un gain organisationnel et financier pour eux. De l’autre côté, 72% des candidats ayant passé un entretien usant de la réalité virtuelle en ont apprécié l’expérience.

Or 96% des candidats fondent leur appréciation de l’entreprise sur la qualité de leur entretien d’embauche.  Et comme dans beaucoup de situations, les premiers moments en disent beaucoup sur la suite. 4 % des nouveaux salariés quittent leur poste après une première journée désastreuse… Quand une bonne intégration augmente à 69% le taux de nouvelles recrues qui restent au moins trois ans au sein de l’entreprise.

Alors cap sur la réalité virtuelle mais aussi vers d’autres initiatives que la fameuse journée d’intégration. Pensez à des dispositifs bien connus de la sillicon valley comme l’attribution d’un “buddy”, parrain de votre talent ou l’organisation d’un “breakfast with your CEO” qui permet au talent de se sentir parfaitement intégré dès les premiers jours par le top management. Prêt à repenser vos pratiques ?

4 % des nouveaux salariés quittent leur poste après une première journée désastreuse…

 

4 – La collaboration : des outils…. au management

Il y a 10 ans, la France affichait un sérieux retard en matière d’usage des outils collaboratifs ou encore de travail à distance par rapport à ses voisins européens. En effet, on comptait par exemple 8% de télétravailleurs français en 2008 contre 30% de télétravailleurs belges.

seuls 31% des managers de télétravailleurs ont bénéficié d’un accompagnement et d’une formation spécifique

Ce retard a été rattrapé depuis grâce à la transformation numérique des entreprises, à la démocratisation des outils de collaboration comme les communications unifiées ou encore la libération des débits internet pour le travail à distance. Aujourd’hui 38% des salariés français déclarent en 2018 avoir la possibilité de travailler régulièrement de chez eux. Preuve du chemin parcouru.

Mais la prochaine action à mener pour les entreprises se situent dorénavant du côté de la formation des managers et l’accompagnement de tous les collaborateurs. En effet, seuls 31% des managers de télétravailleurs ont bénéficié d’un accompagnement et d’une formation spécifique. Or on constate déjà les premiers écueils de cette nouvelle forme de collaboration comme la surcharge de travail (déclarée par 47% des salariés qui télétravaillent) ou le risque d’addiction au travail (identifié par 51% des télétravailleurs).

Réapprendre à travailler et à manager, une nouvelle résolution pour l’année à venir !

 

5 – Le renouvellement des équipements : faire le deuil des vieilleries

Enfin, dans la série “ils nous ont quitté cette année”, le RTC nous fait peu à peu ses adieux. Disons “bye bye” au FAX et au caisson de bureau qui, même s’ils luttent, ne sauraient rester une décennie de plus dans nos espaces de travail…

Enfin rendons hommage au DECT qui risque de filer à l’anglaise devant l’adoption massive du 100% mobile. Du côté de la technologie, les plus grands chasseurs de tendances du Bblog prévoit aussi la fin du SMS, du fait de son remplacement par le RCS (Rich Communication Service), une version enrichie de son ancêtre déjà connue des utilisateurs de imessages ou de whatsapp…

Mais en 2020, pas de place pour le chagrin!  Haut les coeurs… car demain est déjà là, grâce à l’arrivée imminente de la 5G, à l’adoption générale des solutions de réalité virtuelle, à la démocratisation de la fibre et à la généralisation des modules comme le SD WAN qui vont révolutionner nos capacités en terme de réseau et de qualité d’expérience !

Bref 2020, c’est demain et c’est bien !!!

Je souhaite être recontacté à ce sujet